Le Braque Français – Standard

Le Braque Français est un chien de caractère doux et débonnaire, très intelligent mais qui supporte assez mal la mécanisation à l’anglaise ni la formation à la Prussienne.

La race dans le Type « Pyrénées » à un style différent de celui du Type « Gasgogne ».

 

Le Galop

Le galop doit être souple et économique parfois entrecoupé de trop lorsqu’il a un doute sur l’émanation. le galop type « Pyrénées » est plus rapide dans son ensemble et plus constant.

 

La Quête

Elle doit être étendue ouverte, couvrant beaucoup de terrain; mais le Braque Français travaillant avec son intelligence et son instinct, ne doit jamais donné l’impression qu’il a été dompté, ou mécanisé. S’il fait parfois des crochets en dedans et même s’il freine ou repasse presque à la même place, c’est souvent qu’il a une perception l’avertissant qu’il y a risque de passer du gibier ou de faire voler. Cette caractéristique, ainsi que les contrôles au sol, s’ils sont justifiables et brefs, ne sauraient être considérés comme faute, bien au contraire.

 

Le Port de Tête

Il doit être pratiquement dans le prolongement de la ligne de dos; toutefois, il n’est pas immuable, pouvant être porté quelquefois au dessus de l’horizontale mais aussi en dessous, c’est à dire qu’il doit rechercher l’émanation ou elle se trouve dans telle ou telle condition. On a l’impression d’un chien qui domine la situation. Il est très attentif et par sa mobilité de tête, rien ne peut lui échapper.

 

L’Arrêt

Il est très ferme mais pas exagérément cataleptique. Nos chiens d’arrêt conservent toute leur connaissance, ce qui facilite beaucoup la possibilité du « coulé »; la position idéale du braque Français à l’arrêt est la position debout. La tête dans l’angle de l’émanation, l’oreille un peu relevée, l’oeil fixe, le fouet moins relevé que chez le Braque Allemand, non fouaillé.Si le conducteur est loin derrière, le chien peut tourner la tête vers lui puis revient vers le gibier comme pour indiquer la place exacte de celui-ci. A ce moment, le chien doit être immobile et ne pas s’avancer vers le gibier, qu’à l’ordre de son conducteur. L’arrêt peut être couché en bout de boucle et par vent tournant.

 

Le Coulé

Il peut être plus ou moins énergique et rapide mais il doit toujours être autoritaire; Dans tous les cas, Le braque Français doit rester tendu, il arrive parfois, malgré un coulé autoritaire, que le gibier prenne trop de distance, le chien peut alors pister quelques mètres pour reprendre l’émanation directe. Le chien doit rester sage à l’envol ainsi qu’au coup de feu.

 

Le Rapport

La façon de retrouver le gibier mort ou blessé est beaucoup plus importante et utile que la façon de le rapporter au conducteur. La piste peut être empaumé le nez haut et au galop si l’émanation est forte et haute. Au trop ou au pas, le nez bas si l’émanation est collé au sol, si le vent est difficile. La dent douce est très recherchée. La vitesse du retour au maître est d’une importance très relative mais le rapport doit être joyeux, sans que le chien s’amuse.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *